Chapitre 5

Déclarer les fonctions

Notre automate est prêt à nous envoyer les infos, voyons maintenant comment les afficher dans Lina.

menu compteur

1. Déclarer un compteur

On se rend dans Référentiel > Mesurer > Compteur.

 1.1 Onglet Définition

nouveau compteur





Commencer par renseigner le nom du compteur, et l’unité de comptage.

Par exemple pour une machine qui met en carton des flacons, il faut savoir si le compteur compte le nombre de cartons, ou le nombre de flacons.

1.2 Onglet Acquisition

On se rend ensuite dans l’onglet Acquisition.

compteur onglet acquisition

Les champs importants ici sont :

Champ Fréq (sec) : Indiquez la fréquence d’acquisition de la valeur du compteur. Ici une fréquence de 10 indique que toutes les 10 secondes Lina va aller lire la valeur du compteur dans l’automate, pour la remonter dans le compteur informatique.

Champ Mnemo de valeur : on renseigne le mnemo à lire. Le mnémonique est l’interface entre l’automate et le compteur Lina.

On peut maintenant Enregistrer&Fermer. Ce nouveau compteur s’ajoute à la liste.

1.3 Liste des compteurs

Une fois le compteur déclaré, vous pouvez le ranger dans l’arborescence par un glisser-déposer. Sur le répertoire racine, vous retrouverez tous les compteurs déclarés. En cliquant dans un sous-répertoire, vous ne verrez que les compteurs qui ont été rangés dans ce répertoire.

déplacer compteur arbo

Enfin, Lina nous propose une fonctionnalité très pratique d’inhibition d’une donnée.
Sélectionnez le compteur à inhiber, puis cliquez sur Inhibition/Déshinibition -> Inhiber la sélection.

inhibition compteur

Pour faire cette opération sur plusieurs compteurs d’un coup, sélectionnez vos compteurs en maintenant la touche « Ctrl » enfoncée. Vous pouvez également utiliser la touche « Majuscule » pour sélectionner tous les compteurs compris entre les 2 lignes sur lesquelles vous aurez cliqué.

menu courbe

2. Déclarer une courbe

On se rend dans Référentiel > Mesurer > Courbe.

2.1 Onglet Définition

Cliquer sur « Nouveau » pour créer une nouvelle courbe. On remarque que celle-ci peut être de 2 types différents : continue ou process.





Une courbe continue fera l’acquisition de la donnée en permanence selon la période définie.
Une courbe process ne fera l’acquisition que lorsqu’on le lui demandera, grâce à un mnémo de top. Lorsque ce mnémo sera actif les données seront tracées dans la courbe. Lorsqu’il sera inactif, aucune donnée ne sera enregistrée.

Cette fonction peut servir à réaliser des tracés de courbes très précis qu’à certains moments clefs d’une cuisson par exemple.

Comme pour les compteurs, on peut choisir une unité, décider d’inhiber ou désinhiber la courbe.

2.2 Onglet Acquisition

On se rend ensuite dans l’onglet Acquisition. Les champs importants ici sont :

courbe onglet acquisition

Champ Fréq (sec) : indiquez la fréquence d’acquisition de la valeur de la courbe. Ici une fréquence de 5 indique que toutes les 5 secondes Lina va aller lire la valeur de la sonde dans l’automate pour l’enregistrer.

Champ Mnemo de valeur : on renseigne le mnemo à lire. Le mnémonique est l’interface entre l’automate et la courbe Lina.

Champ Mnemo de top : ce champ est grisé si la courbe est de type continue, et dégrisé si la courbe est de type process. C’est ce mnémo de top qui est utilisé par la courbe process pour savoir quand faire l’acquisition des données, et quand ne pas lire.

On peut maintenant Enregistrer&Fermer. Cette nouvelle courbe s’ajoute à la liste.
Comme pour les compteurs, on peut inhiber/déshiniber les courbes, et les classer dans l’arborescence (physique ou thématique).

menu alarme

3. Déclarer une alarme

Rendons-nous maintenant dans le Référentiel > Alerter > Alarme.

nouvelle alarme







On distingue deux types d’alarmes : TOR et ANA.


On peut également donner un niveau de gravité à une alarme.
Les niveaux vont de 1 à 4, de l’alarme mineur à l’alarme urgente.

Suivant les niveaux définis, nous verrons plus tard qu’on peut créer des scénarios comme envoyer un SMS à un responsable de production lorsqu’une alarme de niveau 4 survient.

3.1 L’alarme TOR

alarme acquisition TOR





L’alarme TOR (Tout Ou Rien) se déclenche sur un état haut ou bas (0 ou 1) d’un mnémonique. Par exemple, on peut décider de mettre une alarme lorsqu’un moteur s’arrête. C’est donc une alarme tout ou rien. Si le moteur est en marche l’alarme sera inactive. Si le moteur est à l’arrêt, l’alarme se déclenche.

Si le mnémonique nous renvoie la valeur ‘1’ lorsque le moteur est à l’arrêt, alors dans le champ « Valeur de déclenchement défaut » on écrit ‘1’. À l’inverse, si le mnémo nous avait renvoyé ‘0’ lorsque le moteur est à l’arrêt, alors il aurait fallu écrire ‘0’ dans le champ valeur de déclenchement du défaut.

Attention ce genre d’erreur est fréquent au sujet de l’état ‘1’ ou ‘0’ sur lequel on veut déclencher notre défaut.

3.2 L’alarme ANA

alarme acquisition ANA






L’alarme ANA permet de déclarer des seuils haut et bas.

On utilise ces alarmes pour réguler un pièce réfrigérée par exemple. Si on veut que la température reste située entre +4 et +6°C, alors on rentre les valeurs ‘4’ et ‘6’ dans les champs « Valeur déclenchement seuil bas » et » valeur seuil haut ».

On peut également utiliser le champ « Mnémo de valeur déclenchement seuil bas » et « mnémo seuil haut » si on souhaite réguler ces valeurs depuis un poste hypervision par exemple. En modifiant la valeur du mnémo depuis l’hypervision, elle sera instantanément reportée ici dans l’alarme.

Pour préparer le chapitre « Analyse des alarmes », on configure ici une alarme avec un déclenchement de seuil haut à 20.

3.3 Onglet Aide

alarme onglet aide

Un onglet « Aide » permet de répondre aux questions que peut se poser la personne sur la conduite à tenir lorsque cette alarme se déclenche.

On peut également y inclure un fichier d’aide pour aider le conducteur de ligne à solutionner le problème.

4. Déclarer un horodatage

On se rend dans Référentiel > Piloter > Horodatage.

On crée un nouvel horodatage et dans l’onglet Définition on renseigne le nom de l’horodatage. Il est possible d’inhiber un horodatage pour empêcher son activation.

Attention, le voyant « Actif/Inactif » en haut de la fenêtre de l’horodatage n’est pas lié à l’état inhibé.
Il est lié à l’état haut ou bas actuel de l’horodatage.

On se rend dans l’onglet Pilotage.





Champ Mnemo de top :
le mnémo à écrire lorsque l’horodatage est actif.

Champs Etat actif et inactif :
la valeur à écrire, par défaut l’état haut est l’état actif.



Champs Condition :
on peut mettre une condition selon la valeur d’un autre mnémonique. Si la condition n’est pas vraie, l’horodatage ne se déclenchera pas même si la date de planification est atteinte.

Champ Purge des données :
la durée de conservation des données de l’horodatage.

On se rend dans l’onglet Planification.

La fenêtre est découpée en 2 parties, en haut la liste des planifications sur jours normaux, et en bas la liste des jours particuliers.

Pour ajouter une planification, on clique sur Ajouter dans la section « Jours normaux ». On coche les jours d’activation et l’heure. Pour déclencher un top du mnémo sans le garder à l’état actif, il faut mettre heure de fin = heure de début.

Il est possible d’ajouter plusieurs jours/heures de planification différentes pour un même horodatage. Il se déclenchera à chaque date planifiée.



Pour gérer les jours fériés, on peut cliquer sur le bouton Jours fériés dans la section « Jours particuliers ».






Cela ajoute dans la liste en bas de la fenêtre tous les jours fériés de l’année sélectionnée. On double-clique alors sur un jour férié dans la liste, et on coche la case Actif pour indiquer que l’horodatage ne devra pas se déclencher ce jour-là.

Les jours particuliers dans la liste dont la case Actif n’est pas cochée sont considérés comme des jours normaux.

Pour ajouter un jour particulier qui n’est pas férié, cliquer sur Ajouter dans la section « Jours particuliers », puis définir le jour et l’heure.

Défiler vers le haut